AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 i need somebody help. Or not. (colton/victoria)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

hollywood ◮ gold velvet
avatar


◮ POTINS : 18
◮ À HOLLYWOOD DEPUIS : 08/03/2015
◮ MÉTIER(S) : actress, and singer at the same time.
◮ POPULARITÉ : 24

MessageSujet: i need somebody help. Or not. (colton/victoria)   Dim 29 Mar - 20:00

I need somebody help. Or not.
colton & vic

love me like you do. ✻✻✻ Ca fait quelques temps que j'y pensais, et maintenant que ça fait un an que j'ai la majorité international, il était grand temps que je saute le pas. Certes, ça n'as vraiment pas été facile, mais j'ai réussis à sauter le pas. A avancer. Puis de toutes manières, je n'allais pas finir vieille fille chez mes parents. Il faut bien que je sois un peu autonome et que je me comporte comme une adulte. Même si je risque d'avoir beaucoup de mal à m'adapter. Déjà, je n'aime pas la solitude et pour le coup, je vais être servit. Puis avec mon métier, je ne peux même pas envisager d'acheter un chien histoire d'avoir un minimum de compagnie. Je n'aurais tout simplement pas le temps de m'y occuper. Puis, si c'était le seul problème, se serait tellement plus simple. Mais non. Je ne sais absolument pas cuisiné. Même pas des pâtes ou du riz. Mes repas vont se résumer à un seul mot, 'pizza'. Et je vais finir par devenir une vrai obèse. Il faut que j'apprenne, le seul problème, c'est que l'envie n'y pas vraiment. Ça ne m'as jamais passionné et je pense que, ça ne sera jamais le cas. Ensuite, je ne suis pas du genre très soignée. En gros, on peut me qualifier de bordélique. Mais pas la petite ou l'amatrice. Non, je suis un peu une professionnelle. Le sol de ma chambre à rarement vu le jour, pour vous faire un dessin. Mais j'étais déterminé à prouver à mes proches et surtout à mes parents que je peut y arriver. De toute manière je n'ai plus vraiment le choix. A peine j'ai enlever mes affaires de ma chambre que mon père s'est approprié cette dernière et en a fait un 'qg'. En gros, il y aura un écran plat et un frigo remplit de bière. Et pourquoi pas des fléchettes. Mes parents semblent bien vivre mon départ, alors que moi, ça me fait tout de même un peu de mal. Je sais qu'ils sont triste, mais pas autant que moi. C'est impossible. Il faut absolument que je me trouve une colocataire avant de devenir sérieusement taré à cause de mon isolement social. J'ai passé ma journée à faire des aller et retours entre la maison de mes parents et donc, ma nouvelle maison. Ou studio. Après tout, je suis toute seule, alors je ne vais pas m'amuser à habiter dans une villa ou une maison ridiculement gigantesque. Se serait ridicule et encore plus déprimant. Il commençait à faire nuit maintenant, et il ne me restait plus grand chose à monter dans mon nouveau chez moi. J'avoue que je voulais finir tout ça au plus vite et m'affaler dans mon matelas. Je ne vais pas appeler ça un lit, vu que j'ai cassé le sommier en essayant de le monter. Encore un point négatif, je ne suis absolument du genre bricoleuse et faire mumuse avec un marteau pour monter tout et n'importe quoi. J'entreprit donc de porter mes derniers cartons. Trois pour être exact. Ce n'était pas les plus léger et je dois avouer que j'ai bien galérer à les prendre tous en même temps. Le soucis, c'est que je n'ai pas vraiment une très grande force et que, forcément, tout à finit par tomber par terre. Ironie du sort, il s'agissait de ma vaisselle. Mon emménagement commence vraiment bien. C'est merveilleux. Jamais je n'aurais cru que c' était si horrible. Je lâchai un petit cri de frustration, légèrement à bout et prête de la crise de nerfs. M'agenouillant sur le sol pour essayer de tout rassembler et mettre quelques bouts de verres dans l'un des cartons, je ne faisait pas vraiment attention à ce qui se passait autour de moi. Et peut être que j'aurais dût, vraiment.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hollywood ◮ red velvet
avatar


◮ POTINS : 100
◮ À HOLLYWOOD DEPUIS : 11/03/2015
◮ HABITE À : Sous le soleil de Santa Monica.
◮ MÉTIER(S) : enchaîner les poses, ne plus s'arrêter de sourire, réciter un texte, jouer la comédie, et puis laisser des notes s'égarer entre mes lèvres. Chanteur, Mannequin et aussi Acteur.
◮ POPULARITÉ : 129

MessageSujet: Re: i need somebody help. Or not. (colton/victoria)   Dim 29 Mar - 21:40

SOUVIENS-TOI
Victoria Justice
feat.
Colton Haynes


 

 



 

 

« Un instant choc susceptible d'apporter des changements dont les répercutions dépassent nos plus folles prévisions. Certaines particules s'entrechoquent et se rapprochent comme jamais, tandis que d'autres vont graviter vers de grands projets et atterrissent en des lieux insoupçonnés. Vous voyez c'est ça le truc avec ce genre d'instants, on ne peut pas, malgré tout nos efforts, maîtriser l'effet qu'ils auront sur nous. Il faut laisser ces particules en prévision atterrir où elles veulent, en attendant le prochain choc.  »

Le regard rivé sur l'horizon, je laissais mes enjambées poursuivre ma course sans jamais ô grand jamais me soucier des quelques photographes qui pourraient s'acharner sur ma personne. Certes, il n'était pas rare que mon impulsivité vienne heurter quelques uns de ces indésirables. Néanmoins, tant qu'ils n’empiétaient guère sur ma vie privé je savais parfaitement me contrôler. Ils ne font que leur travail, prennent quelques clichés puis s'en vont. Et quand bien même l'un d'entres-eux souhaiterait me poursuivre , j'aurais parfaitement pu parier dans ma capacité physique à le semer aprés quelques mètres seulement. Autant rire que rare étaient ceux qui osaient me suivre plus de quelques petits kilomètres. Alors, admirant parfois quelques paysages de Santa Monica, bifurquant de temps à autre sur quelques plages, je m'aventurais dans la ville au grés de mes envies. J'avais beau être un habitué de petit jogging , mon parcours n'était jamais réellement établit. Il changeait selon mes humeurs, mes envies. De plus, c'était plus mon envie d'évasion qui prédominer mon être en ces instants de dépense physique. Je courrais parfois à en perdre haleine, souvent dans l'espoir d'épuiser mes remords intérieurs pour repartir le lendemain sur de bonne base. Ma manière personnelle de me vider l'esprit, d'abandonner mon rang de "célébrité" pour revenir aux bases, à l'état brut. Cela ne durait jamais plus de quelques heures, et pourtant, je veillais quotidiennement à assouvir mes besoins physiques. Et si habituellement je m'oeuvrais à une course matinale, celle-ci n'avait malheureusement put être réalisée plus tôt. Alors, aprés plusieurs heures d'errances, à entrevoir un croissant de lune à l'horizon. à découvrir le soleil disparaître de l'autre côté, je revenais sur mes pas. Doucement. La nuit ne m'effrayait guère, d'ailleurs malgré les recommandations de mon manager il n'était pas rare que je m'abandonne à quelques courses nocturnes. Néanmoins, la brise hivernale qui venait à frôler mon visage m'incitait ce soir à rentrer plus tôt que prévu. Aprés-tout, je ne pouvais guère me permettre un quelconque virus , même un anodin petit rhume pour assurer le tournage d'Arrow et de mes autres projets. A croire que pour une fois mon raisonnement tourné en bonne augure. Je basculais enfin du bon côté de la raison. Atteignant enfin le bas de l'immeuble où je séjournais dans l'attente de me trouver un véritable pieds-à-terre qui me conviendrait d'avantage, j'en venais à farfouiller quelques instants dans ma poche avant de trouver le fameux badge d'entrée. Bien dissimulé derrière l'emmêlement soudain de mes fils d'Ipod. D'ailleurs, j'avais beau inlassablement les démêlés, rien n'y changé. A croire qu'ils s'acharnaient contre moi. Et si mes pensées venait s'immiscer subitement en mon esprit, ce sont mes prunelles qui tombèrent sur l'amas dévastateur. Ou du moins, il ne me fallut que quelques petites secondes, passé le premier pallier de l'immeuble pour tomber nez-à-nez avec une tonne de verre. des bouts, de petits bouts de verre dispersés sur les marches du paliers avant d'entrevoir trois gros cartons et leur propriétaire. « Laissez... Je vais vous aider, vous ne vous êtes pas fait mal au moins ? » A en voir les résultats, la demoiselle n'était guère en mesure de refuser mon offre, et sans attendre la moindre réponse de sa part j'en venais à rassembler soigneusement les bouts de verres pour éviter qu'elle ne se blesse.



© Gasmask





    ΔNous sommes de ceux qui s'y prennent à l'envers avec les autres.Nous sommes de ceux qui n'savent plus raisonner de façon logique.Nous sommes de ceux qui ont tout fait comme il faut, mais qui n'y arrivent pas.Des ratés modernes, des semi-défaites, des victoires sans panache.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hollywood ◮ gold velvet
avatar


◮ POTINS : 18
◮ À HOLLYWOOD DEPUIS : 08/03/2015
◮ MÉTIER(S) : actress, and singer at the same time.
◮ POPULARITÉ : 24

MessageSujet: Re: i need somebody help. Or not. (colton/victoria)   Sam 4 Avr - 22:01

I need somebody help. Or not.
colton & vic

love me like you do. ✻✻✻ Je n'avais jamais fait de déménagement, jusqu'à aujourd'hui. Et je dois avouer que c'est quelques choses de plutôt fatiguant et de très usant. Mine de rien, monter et descendre des marches avec les bras remplit de cartons et de meubles, ce n'est pas simple du tout. Apres, le mental prend lui aussi une grande claque. Il faut faire attention à tout et à ne rien oublier, à mettre des choses dans des endroits logiques. Bref, tout ça, c'est vraiment trop fatiguant pour moi et je suis bien heureuse d’arriver à la fin. Je ne suis pas prête de redéménnager. Sauf si j'engage des personnes pour. C'est ce que les gens font maintenant. Parfois trop prit par le travail et le manque de temps, ils sont dans l'obligation de donner cette lourde tâche à des entreprises spécialisé. Moi, je pense simplement qu'ils ont la flemme. On a tous beaucoup de travail et quand on veut, on peut. Ce n'est pas bien compliquer et ça nous fait bouger un peu. Même si par la suite, nous sommes complètement rincer et incapable de tenir debout tellement la fatigue nous emprisonne le corps et l'esprit. La nuit arrivait à grand pas et j'étais bien contente de ne plus avoir grand chose à déplacer. Il me restait encore plusieurs choses à déballer, mais franchement, je ne préfère pas y penser pour le moment. A part me déprimer et me fatiguer encore plus, ça ne m'apportera rien. J'aurais peut être du demander de l'aide a mes proches. J'ai vraiment surestimé mes capacités physique et je ne serais pas surprise de découvrir des courbatures dans tout les endroits inimaginable de mon corps. Certes, je n'ai jamais été une grande sportive, mais je ne suis pas non plus quelqu'un qui se laisse vivre. Je cours au moins une fois par semaine. Enfin, ça doit faire a peu près un mois que je m'y suis mise. C'est assez compliqué pour le moment, mais je vois bien que je gagne de l'endurance. Plus les entraînements passe, et plus je fais du temps. Je suis assez fière de moi d'ailleurs. Puis, pour ne rien cacher, je me sent un peu mieux dans ma peau. Pas que mon physique me plaît ou quoi que se soit, mais ça permet en quelques sortes de se libérer l'esprit. De s'évader pendant un petit moment et ne penser à rien d'autres que courir. En tout cas, pour ce qui concerne la force que j'ai dans mes bras, ce n'est vraiment pas ça. Mon premier jour dans mon nouvel appartement risquait de ne vraiment pas passer inaperçu. Je venais de faire tomber des cartons essentiellement remplit de couvert, assiettes, verres et en gros, tout ce qui est cassable. J'avais presque finit. Il ne me restait plus que se retour, certes chargés, mais j'étais à deux doigts de la fin. Un soupir, voir même un crie s'échappa de mes lèvres tellement la frustration était grande. L'énervement en faisait très certainement aussi partie. Je ramassais en faisait le plus attention possible, évidemment, de ramasser les bouts de verres qui couvrait une bonne partie du sol. Je n'avais aucune envie de me retrouver à l'hôpital pour finir par avoir des points de sutures avec une horribles cicatrices. Je mélo-dramatise la chose, c'est sans aucun doute vrai, mais je suis clairement a bout et vraiment exténuée. C'est donc minutieusement que je dépose les bouts de verres dans un des cartons échoué sur le sol. Pas la peine de dire qu'être a quatre pattes sur le sol à ramasser du verres n'est pas quelques choses que l'on croise tous les jours dans la rue. Par chance, il n'y avait personne. Enfin, mise a part une personne qui n'allait pas tarder à rentrer chez soit. Se piquant le bout du doigts à cause d'un stupide bout de verres, une moue se dessina sur mon visage pendant que j'inspectais les dégâts. Il n'y avait trop fois rien, même un pansement ne sera pas utile. Mettant rapidement mon doigts dans la bouche afin d'enlever la petite goutte de sang qui se formait je fronçais les sourcils en remarquant que l'homme de tout à l'heure se rapprochait de moi. Je continuais néanmoins ma tâche, sans lui porter grande attention. « Laissez... Je vais vous aider, vous ne vous êtes pas fait mal au moins ? » Mes yeux se lèvent pur rentrer en contact avec cette voix qui est loin de m'être inconnue. Ce timbre m'a bercer des nuits entières, j'en ai même rêvé. Mon cœur rate un battement et mes yeux ne le quitte pas un instant. Il s'accroupit a mes côtés pour m'aider et je sent ma gorge se séché à cause de cette proximité. Je m'écarte de lui, instinctivement. De cet homme qui a tellement compter dans ma vie. De cet homme que j'ai tant porté dans mon cœur et pour qui j’éprouvais des tas de choses que je n'avais pas encore identifié. Il a été mon meilleur ami pendant une longue période. Jamais je ne l'ai oublié. Comment je l'aurais pu ? Ça ne devait pas vraiment être son cas. Colton m'as lâchement laisser tomber et ne se jamais donné la peine de me donner de ses nouvelles. Aujourd'hui, nous sommes tous les deux des personnes plus ou moins connus à Hollywood, et j'avoue que j'ai toujours tout fait pour l'éviter. Son départ et manque d'attention m'a réellement fait du mal. Je me relève en évitant de le regarder une fois de plus et lui tourne le dos en mettant de côté un carton. « Je peux me débrouiller. Merci. Au revoir. » Le ton de ma voix était dur et je dut prendre sur moi pour éviter que ma voix ne tremble trop. Je veux qu'il s'en aille et qu'il continue de faire comme si je n'existait pas. Comme si rien de tout ça n'a eu de sens.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

hollywood ◮ red velvet
avatar


◮ POTINS : 100
◮ À HOLLYWOOD DEPUIS : 11/03/2015
◮ HABITE À : Sous le soleil de Santa Monica.
◮ MÉTIER(S) : enchaîner les poses, ne plus s'arrêter de sourire, réciter un texte, jouer la comédie, et puis laisser des notes s'égarer entre mes lèvres. Chanteur, Mannequin et aussi Acteur.
◮ POPULARITÉ : 129

MessageSujet: Re: i need somebody help. Or not. (colton/victoria)   Mar 7 Avr - 12:18

SOUVIENS-TOI
Victoria Justice
feat.
Colton Haynes


 

 



 

 

« Un instant choc susceptible d'apporter des changements dont les répercutions dépassent nos plus folles prévisions. Certaines particules s'entrechoquent et se rapprochent comme jamais, tandis que d'autres vont graviter vers de grands projets et atterrissent en des lieux insoupçonnés. Vous voyez c'est ça le truc avec ce genre d'instants, on ne peut pas, malgré tout nos efforts, maîtriser l'effet qu'ils auront sur nous. Il faut laisser ces particules en prévision atterrir où elles veulent, en attendant le prochain choc.  »

Mes doigts s'égarent entre les bouts de verres. De petits bouts subitement brisés qui parsèment à cet instant précis quelques dalles de l'entrée. En les récoltant, quelques un de mes pas en écrasent. ça craque, et  disparait parfois en une fine pluie de poussière. Et si je veille à cet instant précis à rassembler en petit tas les traces de cet aléas de déménagement, j'en ai subitement oublié d'observer ta silhouette. Pourtant, malgré mon précédent manque d'attention à ton égard, ce petit recul mécanique exercé par ton corps pour t'éloigner de ma personne ne put qu'alerter mon attention. Trop brusque, trop incontrôlé, pour être le geste d'une fan étonnée. Et trop soudain, pour être le reflet d'une amie. Et si mes pensées vagabondaient déjà à la recherche d'une quelconque réponse à mes estimations. Les mots qui s'échappèrent entre tes lèvres vinrent éveiller en moi de douloureux souvenirs. Ceux que j'avais vainement tenter d'oublier, d'enfouir en mon être pour me libérer enfin de ton emprise. Malheureusement on ne peut délaisser nos souvenirs. Et j'étais bien placé pour savoir qu'ils nous hantaient inlassablement l'esprit avant de ressurgir subitement au prés de nous. « Je peux me débrouiller. Merci. Au revoir. » Douloureuse concrétisation de mes pensées soudainement dévoilée par cette douce voix familière. Celle qui n'avait jamais cessé de bercer mes souvenirs. Celle que j'entendais parfois à la télé, autour de moi, en tentant parfois vainement de me concentrer sur un point imaginaire. Et pourtant les paroles émisent par la demoiselle à travers ce ton venait réveiller d'autres pensées, d'autres souvenirs. Si bien que mon corps venait subitement à être emporté à travers une tornade de sentiments. Des ressentis, des souvenirs, une haine subite , douce frustration d'un homme anciennement amoureux, et tout le reste qui inconsciemment me fait serrer mon poing. un poing où sont renfermés de petits bouts de verres. Un geste incontrôlé, où se creusent des plaies à travers une paume à présent ensanglanté. La preuve que mon impulsivité ronge parfois mon corps. Pourtant, la douleur semble infime, si infime que mes prunelles osent enfin abandonner le sol pour admirer ces traits familiers. Ceux reconnus et connus depuis d'indénombrables années. des traits qui ont si souvent hantaient mes pensées. le reflet même de souvenirs indomptés. Et je me heurtes au passé, encore. si violemment, que mon corps se relève sans tanguer. Je n'avance pas, et pourtant je me refuse de reculer. Je ne peux le faire, pas cette fois, pas encore une fois. De plus, la tentation de t'enfermer subitement entre mes bras et si intense qu'elle me menace intérieurement d'agir contre mon grès. Tu pourrais râler, te débattre autant que tu le souhaiterais, j'ai l'infime conviction que malgré les coups je saurais te garder prés de moi. Encore un instant, quelques petites minutes. Juste le temps que ton parfum m'enivre comme au bon vieux temps. Néanmoins, la brutalité de tes mots qui résonnent encore en mon esprit me rappel que le passé n'est plus présent. Et que les souvenirs se noient à travers ta tempête. T'as probablement tourner la page, délaissé nos souvenirs alors que moi je n'en suis guère encore capable. A croire que ta simple personne me rends faible. Faible, mais pas encore assez idiot pour te laisser me filer entre les doigts. Alors, les mots menacent de s'égarer entre mes lèvres, des mots spontanés, irréfléchis, des mots que j'avale difficilement avant qu'une bombe ne tombe entre nos corps.   « Je t'aide, je porte tes cartons et puis je pars. C'est non-négociable.  » Joli ultimatum, le reflet même d'un homme qui s'accroche.




© Gasmask





    ΔNous sommes de ceux qui s'y prennent à l'envers avec les autres.Nous sommes de ceux qui n'savent plus raisonner de façon logique.Nous sommes de ceux qui ont tout fait comme il faut, mais qui n'y arrivent pas.Des ratés modernes, des semi-défaites, des victoires sans panache.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: i need somebody help. Or not. (colton/victoria)   

Revenir en haut Aller en bas
 

i need somebody help. Or not. (colton/victoria)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» i need somebody help. Or not. (colton/victoria)
» 1- Christal Houston VS 2- Victoria Vodar [FINALE]
» Victoria Alisa . Cavalieri
» Partie multi Victoria II
» Victoria Justice (négociable) • Nina Chevalier • 25 ans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
reign of hollywood :: résidences-